Return to my selection
5 juillet 2018

Face à la sécheresse, l’Inde revoit sa politique de gestion de l’eau

En raison de moussons moins abondantes ces dernières années, l’eau se raréfie dans le sous-continent. Engager des réformes structurelles pour répondre aux besoins des populations et de l’agriculture devient nécessaire, tout particulièrement dans le Nord-Est du pays.

Le grand quotidien national The Hindu alerte sur la nécessité de réformer la politique nationale de l’eau. Certains États du Nord-Est de l’Inde, comme le Gujarat, sont en état de stress hydrique élevé, aggravé par d’importantes vagues de chaleur. Traditionnellement, la pré-mousson de mars apporte 130 mm d’eau en moyenne. Mais cette année, les premières précipitations ont accusé un déficit de l’ordre de 50 % dans cette partie de l’Inde. Il devient donc vital d’enclencher des réformes structurelles au niveau des Etats pour préserver leurs ressources hydriques.
 
Le journal liste cinq initiatives mises en place par le gouvernement de l’État du Gujarat pour pallier ces déficits pluviométriques :
            - lancement d’un programme intensif de désensablement des fleuves et autres points d’eau en amont des pluies de mousson ;
            - modernisation des réservoirs d’eau et création de petites zones humides, de façon à assurer l’accès à la ressource en eau pour des milliers de villages de la région de Saurahrta, au sud de l’État ;
            - promotion de technologies de pointe en matière d’irrigation dans les zones arides, alors même que les pertes par évaporation sont actuellement de l’ordre de 75 % ;
            - développement du dessalement et création d’infrastructures d’eau décentralisées afin d’aider les villes comme Ahmedabad, la plus peuplée de l’État, Rajkot, Surat et Vadodara à faire face aux pénuries d’eau.

© ®Manish Swarup - AP - SIPA