Return to my selection
17 octobre 2019

Une plateforme financière pour réussir la transition énergétique en Afrique

Une nouvelle plateforme pour le climat pour réunir les financements nécessaires au développement des projets d’énergie propre sur le continent africain.

Le 22 septembre dernier, à New York, les Nations unies annonçaient la création d’une alliance globale pour le bien commun*, afin de réunir des capitaux suffisants pour réussir la transition énergétique en Afrique.
 
Première décision de l’alliance : la mise en place d’une plateforme dédiée à l’énergie, le Climate Investment Platform (CIP). Celle-ci invite les gouvernements, les institutions internationales et le secteur privé à investir concrètement dans des projets d’énergie propre en suivant les recommandations des feuilles de route** nationales décidées par les États lors de la COP 21, à Paris, en 2015.
 
La plateforme comprend les quatre « pièces maîtresses » de la chaîne de valeur financière pour le climat : aider les gouvernements à tenir leurs objectifs climatiques, contribuer à définir leur politique d’énergie propre à l’aide d’outils réglementaires adaptés, estimer les risques financiers liés aux projets d’énergie propre et créer un marché capable de drainer les capitaux disponibles en se connectant aux projets et programmes des investisseurs et sponsors.
 
La plateforme prévoit de lancer au premier trimestre 2020 d’autres plans d’action, liés principalement aux usages des sols, aux villes et aux infrastructures.
 
« La CIP  facilitera l’accès à la finance climatique. Elle catalysera les investissements au service de l’atténuation et de l’adaptation au dérèglement climatique*** au service des pays en développement, » se réjouit Yannick Glemarec, directeur exécutif du secrétariat du Fonds vert pour le climat.
 
 
*a new global public good.
** « NDCs » (Nationally Determined Contributions), ou Contributions déterminées au niveau national, sont des plans d’actions mis en place par les États signataires de l’Accord de Paris, afin de respecter les objectifs de limitation du réchauffement moyen de la planète en dessous des 2°C, voire 1,5C° à l’horizon 2100.
***L’atténuation consiste à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à consommer moins d’énergie. L’adaptation consiste à mieux vivre avec le réchauffement climatique, en matière de sécurité, de confort et de durabilité. Source, © « L’archipel des métamorphoses, la transition par le paysage, Bertrand Folléa, p. 14, ed. Parenthèse, 2019

© Stephen Wandera AP / SIPA.