Return to my selection
3 mars 2017

Accord européen sur la production française d’électricité « verte »

La Commission européenne vient d’autoriser trois régimes d’aides financières de l’État français dédiés aux producteurs d’électricité « verte ».

Électricité verte
© Photothèque Veolia / Rodolphe Escher

En 2008, la France s’est fixée comme objectif d’atteindre une part minimum de 23 %  d’énergies renouvelables dans son mix énergétique, à échéance 2020. Cela implique de soutenir financièrement les producteurs, les particuliers et les entrepreneurs désireux d’investir dans ces énergies décarbonées.

La Commission européenne a autorisé trois régimes français d'aides aux producteurs d'énergie solaire et hydroélectrique  qui permettront à la France d'augmenter sa capacité solaire de quelque 2 600 mégawatts et sa capacité hydroélectrique d'environ 60 mégawatts.

Le plan français, qui comprend trois régimes de prix préférentiels,  s’adresse aux particuliers souhaitant acquérir des installations solaires d’une capacité inférieure à 100 KW,  aux entreprises** souhaitant acquérir des installations solaires d’une capacité supérieure à 100 KW, avec un prix garanti limité à 20 ans. Le troisième régime s’applique aux entreprises investissant dans les centrales hydroélectriques pouvant aller jusqu’à une puissance de 60 MW.
 
Ces trois régimes sont dotés d’un budget prévisionnel cumulé de 464 millions par an, soit un total de 9,38 milliards d’euros sur 20 ans.

--

*Dans le cadre européen du paquet climat-énergie portant à 20 % d’ici à 2020 la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie de l’Union européenne.
 
**Les entreprises bénéficiaires ont été sélectionnées dans le cadre d’appels d’offres organisés entre juillet 2011 et mars 2013.