Return to my selection
9 juillet 2019

La première « gigafactory » européenne de stockage d’énergie en batterie voit le jour en Allemagne

Avec cette usine, l’industriel allemand Tesvolt sera en capacité de fournir plus d’1 GWh d’électricité chaque année.

Tesvolt, un industriel allemand a annoncé en mai dernier la mise en service de sa gigafactorysituée à Lutherstadt Wittenberg1. Déjà opérationnels, les 12 000 m2de la phase 1 sont dédiés aux chaînes semi-automatisées de production de systèmes stationnaires2de stockage d’énergie sur batteries lithium-ion. Au moment où l’installation atteindra la phase finale3, elle disposera de 20 000 m2pour porter la capacité de production annuelle à 1GWh. 

 

Si l’entreprise finance seule cet investissement de plusieurs millions d’euros, l’Union européenne prend en charge jusqu’à 10 % des coûts de production (soit 2,5 millions d’euros). Un signe de sa volonté d’accélérer le développement de l’industrie du stockage de l’électricité sur batterie à l’échelle de ses pays membres.

 

« Nous avons besoin de mettre en œuvre entre 10 et 25 « gigafactories », remarque Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne et chargé de l’Union de l’énergie, ce qui devrait générer entre 2 et 3 millions d’emplois directs et indirects4. » 

 

Le marché mondial de systèmes stationnaires de stockage en batteries, actuellement dominé par les industriels asiatiques, est effectivement en croissance rapide, aussi bien pour les besoins industriels que commerciaux, pour atteindre à ce jour dans le monde une capacité de 16 GWh. A l’heure actuelle, le marché européen ne représente qu’à peine 3 % de la demande mondiale, une demande qui devrait atteindre une capacité de 400 GWh dès 20255.

 

« Nous voulons bâtir une filière complète, de la production de batteries à leur recyclage, de façon à garantir notre souveraineté dans ce secteur d’activité », précise Bruno Lemaire, actuel ministre de l’Économie et des Finances de la France, et  l’un des artisans du projet d’alliance européenne des batteries, avec son homologue allemand, Peter Altmaier6.

 

Neutre en carbone, l’usine de Tesvolt, assurera l’ensemble de ses activités administratives et de production grâce à l’énergie solaire photovoltaïque (PV). 

 

 

 

1Ville de Saxe-Anhalt, située sur les bords de l’Elbe.

2Le stockage d’énergie permet l’adaptation dans le temps entre l’offre et la demande. Le stockage dit « stationnaire », par opposition au stockage dédié aux applications mobiles (batteries pour véhicules téléphones, etc…), apparaît aujourd’hui comme l’une des conditions indispensables pour soutenir le développement des énergies renouvelables intermittentes. Source CEA(Commissariat à l’énergie atomique)

3 Calendrier de fin de travaux non encore connu à  ce jour

4 « French-German battery alliance secures €5 billion as Tesvolt works on gigafactory », Catherine Rollet et Emiliano Bellini, pv magazine, mai 2019.

op.cit

6 « Avec l’Alliance européenne des batteries, la France renforce sa souveraineté », source l’EnerGEEK, mai 2019