Veolia et Leon s’allient pour rendre le recyclage toujours plus accessible

Leader du recyclage au Royaume-Uni, Veolia s’est associé à la chaîne de restaurants Leon, spécialiste de la cuisine de rue, pour inciter les Londoniens à intégrer des gestes toujours plus responsables au cœur de leurs habitudes quotidiennes.
L'essentiel
Enjeu
Mettre en place un système de consigne au Royaume-Uni
Objectif
Amorcer un changement de comportement des consommateurs pour faire du recyclage un réflexe, grâce à la construction d’infrastructures dédiées
La réponse Veolia
Un automate facilement accessible à tous, qui rétribue directement l’utilisateur pour chaque bouteille en plastique ou canette en aluminium déposée.
Published in the dossier of juillet 2019

Depuis le 15 mars 2019 à Londres, les consommateurs peuvent déposer et valoriser leurs canettes en aluminium et bouteilles en plastique grâce à un automate mis à leur disposition dans le célèbre quartier de King’s Cross, près de Granary Square.

 

Rebecca Di Mambro – Directrice du marketing chez Leon

Leon a tissé un partenariat très fort avec Veolia. Nous avons toujours été impressionnés par le travail que réalise ce pionnier du développement durable et de l’innovation au Royaume-Uni. Leon, qui a toujours privilégié une démarche éthique dans ses restaurants, l’a donc tout naturellement choisi pour expérimenter le changement de comportement en matière de recyclage.

Notre collaboration et le travail que nous accomplissons ensemble pour tenter de résoudre le problème des déchets est très utile pour nous, car Veolia est un groupe qui compte de nombreux experts dans ce domaine. Cette expertise est complémentaire aux problématiques de Leon, qui est une marque commerciale, en contact direct avec le consommateur.

Le public est motivé et décidé à changer ses habitudes quotidiennes, et son comportement de manière générale. Pour autant, le réflexe n’est pas encore assez spontané. Ce projet pilote nous fournit donc l’opportunité de tester ce que nous pouvons proposer pour que les consommateurs soient plus enclins à recycler à l’avenir.

Cet intérêt de la part du public est très encourageant, mais nous avons aussi contacté de nombreux bailleurs et propriétaires qui souhaitaient installer une machine sur leur site. Ce dispositif pourrait notamment être très efficace dans des zones commerciales ou des aéroports.

Une alliance pour en finir avec la pollution plastique

Ce dispositif est cofinancé par Veolia, Leon, et King’s Cross Estate dans le cadre d’une phase pilote de six mois. Leur objectif commun : stimuler le changement dans les comportements des aficionados de la boisson à emporter, pour relancer le taux de recyclage des déchets plastiques au Royaume-Uni, qui stagne à 43 % (en 2018). Un taux qui peine à décoller depuis la hausse importante enregistrée entre 2000 et 2012. Aujourd’hui, seules 7,5 milliards sur les 13 milliards de bouteilles en plastique utilisées chaque année par les britanniques sont recyclées. Une proportion que le gouvernement britannique entend faire augmenter fortement au cours des prochaines décennies.

« Nous sommes ravis de ce partenariat avec Veolia, déclare John Vincent, PDG et cofondateur de Leon, c’est un grand pas en avant. En tant qu’acteur majeur de notre secteur, nous devons faire pression pour que les installations et infrastructures adéquates garantissent un meilleur recyclage et une réutilisation optimale. Et nous sommes impatients de continuer à accueillir tous les “guerriers du recyclage” dans nos restaurants pour les récompenser de leurs efforts.»

Gérer les emballages, c’est tendance

Dans son Top 10 des tendances en matière d'emballages pour 2019, le cabinet d’études de marché Innova Market Insights met en lumière l'importance des alliances sectorielles entre les fabricants de produits alimentaires, les fournisseurs d'emballages et les entreprises de gestion des déchets. Une collaboration essentielle, que souligne le cabinet, pour atteindre les objectifs ambitieux d'économie circulaire des organismes et entreprises.

« Nous voulons faire de King’s Cross un exemple de développement durable et considérons que la gestion des déchets en est un élément clé, déclare Steven Kellet, responsable du développement durable chez King’s Cross Estate. N’envoyer aucun déchet à la décharge est une source de fierté, mais nous souhaitons aussi améliorer la quantité de déchets plastiques recyclés dans les lieux publics et, à terme, éliminer les plastiques à usage unique. C’est ce qui nous a motivé à participer à cette initiative, en partenariat avec Veolia et Leon. Nous tablons sur une augmentation accrue de la quantité de déchets recyclés dans le quartier King's Cross, pour en faire un lieu de travail, de vie et de loisirs encore plus écologique.. »

 

Les initiatives du gouvernement britannique pour encourager le recyclage

Pour augmenter le taux de recyclage à l’échelle nationale, le Royaume-Uni prévoit de lancer à l’horizon 2023 un système national de consigne des bouteilles en plastique et en verre, et des canettes. Selon le gouvernement, une telle mesure pourrait porter le taux de recyclage du plastique dans le pays à 90 %, tout en incitant les entreprises à réutiliser les flux de déchets plastiques en leur attribuant une valeur.

Préalablement à ces mesures, le gouvernement britannique a dévoilé en décembre 2018 son plan à long terme : « Resources and Waste Strategy for England ». Cette stratégie explique comment préserver les ressources matérielles en réduisant au maximum le gaspillage, pour évoluer vers la mise en place d’une économie circulaire en Angleterre.

Un projet est à l’étude pour développer un système de consigne baptisé « Deposit return Scheme », qui concernera les bouteilles en plastique et les canettes non consignées actuellement, qualifiées de « contenants nomades » et désignant plus précisément les petites et moyennes bouteilles et canettes qui envahissent les parcs et les plages. L’ajout de batteries et de gobelets à café optimisera par ailleurs la revalorisation de ces substances dispersées.

La consigne réinventée

Pour chaque canette ou bouteille en plastique d’une contenance maximale de 750 ml déposée dans la machine, l’utilisateur reçoit un coupon de réduction d’une valeur de 10 % sur son prochain repas dans le restaurant Leon le plus proche. Pour autant, l’automate accepte les déchets de toute provenance, Leon et autres enseignes. Les bouteilles et canettes sont ensuite acheminées vers le site de Veolia à Southwark afin d’être décontaminées et recyclées.

L’arrivée de ce nouveau service entend aussi répondre à une attente des consommateurs. Dans leur grande majorité, ils sont demandeurs de solutions simplifiant leur contribution au recyclage de leurs déchets : selon les résultats d’une étude dévoilée en mars 2018 par Veolia, 81 % des répondants se disent prêts à effectuer un détour dans leur trajet quotidien pour déposer leurs emballages dans ce type de kiosque automatique.

Pour familiariser les consommateurs à ces nouveaux outils de recyclage et de valorisation des déchets, Veolia s’est naturellement tourné vers Leon :

« Leon est un client historique de Veolia, et s’est toujours inscrit dans une démarche très progressiste, explique Marcel Fortune, Gestionnaire régional des comptes chez Veolia au Royaume-Uni. L’enseigne investit massivement pour développer des idées nouvelles, et en alloue une part importante à l’innovation. Avec des restaurants partout dans le pays — 54 sur tout le territoire —, Leon bénéficie aussi d’une forte visibilité. Il nous semblait donc évident de choisir un tel groupe pour ce partenariat ».

Si le projet pilote est concluant, d’autres kiosques automatiques seront déployés prochainement dans le quartier de King’s Cross, ou à proximité d’autres restaurants Leon. À terme, des machines du même type, potentiellement plus performantes, pourraient également être installées à travers tout le pays, notamment dans des bâtiments publics, des zones commerciales, ou des universités.

* Fruit d’un partenariat entre une société immobilière détenue par le gouvernement britannique et plusieurs fonds de pension, King’s Cross Estate est chargé de développer le quartier de King’s Cross où il détient l’ensemble des terrains de cette ancienne zone industrielle, en mutation profonde depuis les années 1990.