Veolia orchestre un service de recyclage pour les gobelets jetables usagés au niveau national

L’évolution des modes de vie et le développement d’une consommation nomade du café et du thé a entraîné ces dernières années au Royaume-Uni une augmentation rapide de l’emploi de gobelets à usage unique. C’est dans ce contexte que Veolia a eu l’idée de mettre en place en 2017, un service de collecte et de recyclage des gobelets jetables usagés, dans tout le pays.
L'essentiel
Enjeu
Rendre les emballages plus respectueux de l’environnement, en veillant à ce que les ressources soient mieux et durablement réutilisées.
Objectif
Détourner de l’enfouissement ou de l’incinération 99 % des quelque 2,5 milliards de gobelets jetés chaque année au Royaume-Uni. Un objectif que Veolia, d’ores et déjà bien engagé dans cette voie, sera bientôt en mesure d’atteindre.
La réponse Veolia
Un dispositif de recyclage complet, depuis l’instant où le consommateur termine son café jusqu’à la revalorisation du gobelet usagé.
Published in the dossier of juillet 2019

 

Jaz Rabadia, Senior Manager of Energy & Initiatives EMEA chez Starbucks

PV : Quelle est la stratégie de Starbucks en matière de recyclage des gobelets et des déchets plastiques ?

J.R. : Starbucks collabore étroitement avec des partenaires tels que Veolia pour mettre en œuvre des solutions pratiques. Ensemble, nous avons d’abord cherché à comprendre la composition en poids et en volume des déchets produits dans nos magasins. À partir de là, Veolia a identifié 7 flux de déchets distincts — gobelets à café, canettes en aluminium, déchets organiques, plastiques, carton, capsules de café et déchets en général — qui méritaient d’être séparés, puis a défini nos normes de recyclage. Cela nous a permis de maximiser le volume et le type de déchets envoyés pour un recyclage ultérieur, ainsi que de réduire nos coûts de déchets généraux. Concrètement, les déchets sont triés en back office par nos collaborateurs, pour réduire les risques de contamination, puis collectés par Veolia pour recyclage. Ce processus nous a permis de détourner 99 % de déchets de l’enfouissement.

PV : Quelle valeur ajoutée attendez-vous d’un partenaire comme Veolia ?

J.R. : Avec Veolia, nous avons été en mesure de créer et de déployer des normes de recyclage dans nos magasins en Grande-Bretagne et de rester au courant des évolutions législatives. Veolia comprend les complexités et les défis des activités de vente au détail et représente un partenaire essentiel dans nos efforts de réduction des déchets.

PV : Qu’attendez-vous de votre fonds “The Cup Fund”, lancé en 2019 avec Hubbub ?

J.R. : Nous l’avons doté d’un million de livres (1,3 million $US) pour soutenir les projets ambitieux en matière de recyclage de gobelets, avec l’objectif d’augmenter les volumes de collecte de 35 millions d’unités, et d’éviter ainsi 420 tonnes de déchets par an. Le fonds est financé par la taxe Starbucks de 5 pences sur les gobelets, introduite en 2018 pour encourager les clients à préférer les réutilisables. L’argent prélevé est ensuite reversé à Hubbub, organisme caritatif dédié à l’environnement, qui accompagne des initiatives de réduction du plastique. Le fonds abonde 12 lauréats entre 50 000 et 100 000£ pour les aider à sensibiliser les communautés du Royaume-Uni à ce problème. Hubbub les conseille dans la mise en place d’infrastructures de recyclage génératrices de bénéfices à terme, en lien avec des partenaires industriels.

PV : En quoi consiste votre défi innovation portant sur un gobelet recyclable ?

J.R. : Le challenge NextGenCup est ouvert aux designers du monde entier. L’idée : revisiter le gobelet à café en le rendant largement recyclable et/ou compostable. Au sein du consortium NextGen, dont l’objectif est de traiter les déchets d’emballages alimentaires à usage unique dans le monde, Starbucks a engagé 10 millions de dollars (7 M£) pour développer et aider à mettre sur le marché un gobelet entièrement recyclable et compostable. Ce gobelet en fibres nouvelle génération pourrait transformer les 250 milliards de fibres issues du recyclage en un matériau précieux !

Dans les bureaux, les stations de métro ou ferroviaires ou encore au coffee shop du coin de la rue : depuis quelques années, les gobelets à café (et à thé) jetables ont envahi le quotidien des travailleurs, des voyageurs et badauds. Les Britanniques en utilisent — et donc en jettent — 5 000 par minute. Cette consommation débridée représente 30 000 tonnes de déchets annuelles, sachant que seulement 0,25 % de ce volume, soit 1 gobelet sur 400, est recyclé. En effet, jusqu’à l’initiative de Veolia, la plupart des gobelets partaient massivement pour l’enfouissement ou l’incinération. La raison ? Lors de la fabrication, une fine couche de plastique polyéthylène (PE) est thermocollée au carton afin d’assurer l’étanchéité du gobelet. Or, cette fine couche de plastique PE complique à la fois les processus de recyclage et le traitement chez les papetiers.

1er système européen évolutif

Comprenant l’urgence d’une réponse à la hauteur de l’enjeu, Veolia a lancé en 2017 une riposte à l’échelle nationale : la mise en place du premier système européen évolutif couvrant tous les aspects de la chaîne d’approvisionnement, depuis le moment où le consommateur termine sa boisson jusqu’au recyclage du gobelet. Son ambition : collecter 120 millions d’unités en 2019, soit une augmentation spectaculaire de 300 % par rapport à 2017. « Le timing est le bon car notre offre est arrivée au moment de la prise de conscience sur les plastiques de 2018, et alors même que les grandes enseignes étaient en attente de solutions », reconnaît Matthew Osmond, directeur des ventes de Veolia au UK.

Circuit complet

Veolia est le premier au Royaume-Uni à proposer un tel dispositif à l’échelle du pays. Le principe : récupérer les gobelets usagés avant qu’ils n’entrent dans le flux de déchets et éviter ainsi toute contamination alimentaire. Le dispositif national propose ainsi d’installer des poubelles dédiées et adaptées dans les lieux de consommation (points de vente, entreprises…). Conçues de façon à pouvoir séparer le couvercle du reste du gobelet, elles invitent les consommateurs à empiler les gobelets à l’envers sur un support pour en drainer le liquide restant. Les gobelets sont ensuite rassemblés dans un sac puis placés dans un carton collecté par Veolia sur rendez-vous. Expédiés au centre de recyclage d’Essex, les gobelets y sont décontaminés avant envoi dans des usines où le papier est séparé de la pellicule en plastique. La fibre de papier est réutilisée pour fabriquer toutes sortes de nouveaux produits : porte-gobelets, boîtes à œufs, ouate de cellulose pour l’isolation domestique…

Partenariat hors norme

L’offre de Veolia a pu voir le jour grâce à l’engagement de plusieurs enseignes emblématiques de la vente de café/thé à emporter au Royaume-Uni, comme Starbucks, McDonald’s, Costa Coffee ou encore Caffè Nero. Toutes ont accepté de mener des essais dans leurs points de vente.

« Ces majors sont, pour trois d’entre elles, clientes de longue date de Veolia, souligne Matthew Osmond. Nous avons prouvé depuis longtemps notre savoir-faire et notre expertise du marché du recyclage auprès d’elles. À leurs yeux, nous étions les mieux placés pour concevoir ce type de solution. »

Pour autant, Veolia doit décliner pour chacune une solution de collecte sur mesure, à la fois souple et adaptée à leurs besoins propres.

« Nous avons dû les rassurer quant à la fluidité du dispositif, explique Matthew Osmond, car elles désiraient éviter toute interférence et tout frein avec les missions de leurs équipes. »

Feedback positif

Près de deux ans après le lancement, les enseignes se déclarent satisfaites du service national de collecte, au niveau du process comme de la méthode. « Sans compter la création de valeur durable que cela leur apporte, ajoute Matthew Osmond. Aujourd’hui les partenaires voient le bénéfice concret de l’opération en réceptionnant des produits recyclés provenant de l’usine d’Essex : petits bloc-notes, sacs… Elles disposent là d’un outil efficace pour communiquer avec les consommateurs et valoriser ainsi leur image de marque ! »

 

Le geste citoyen dans l’étude YouGov de 2017

Pour lancer son dispositif national, Veolia s’est appuyé sur une étude des usages des consommateurs, pilotée par le cabinet britannique YouGov. Cette étude est encourageante à plus d’un titre : une grande majorité des sondés (88 %) utiliseraient une poubelle dédiée pour s’assurer que leur gobelet puisse être recyclé. Près de la moitié (47 %) seraient même prêts à conserver leur gobelet plus longtemps s’ils savaient qu’ils allaient passer devant ce type de poubelle, et près d’un quart (24 %) pourraient faire un détour pour en utiliser une. Les plus gros consommateurs de boissons chaudes à emporter jettent le plus souvent leurs gobelets sur leur lieu de travail (52 %), voire dans d’autres endroits sur leur chemin, comme les gares et stations de métro.

Puissance publique concernée

Parallèlement à ce programme national, Veolia au UK a mis en route en 2018 « Good to go », en partenariat avec le conseil municipal de Westminster et la Heart of London Business Alliance. « Il s’agit du premier schéma de ce genre avec une municipalité, précise Matthew Osmond. C’est une opportunité fantastique ! » Les gobelets collectés dans Westminster sont eux aussi acheminés dans le site Veolia d’Essex. Entre les balayeuses de Veolia, véritables centres de recyclage mobiles, qui sillonnent les rues du centre-ville et les bacs ad hoc installés au cœur de Londres, l’objectif est de recycler 500 000 gobelets en 2019.

Tache d’huile

Il y a encore deux ans, seules deux entreprises, dont Veolia, étaient engagées dans la collecte et le recyclage des gobelets usagés. Aujourd’hui, elles sont huit à avoir rejoint le service national, confirmant ainsi le bien-fondé de cette solution. « L’éveil des consciences sur la question des plastiques va croissant depuis deux ans, rappelle Matthew Osmond. Une montée en tension notamment due à la couverture médiatique sur ce thème qui fait peser une double pression sur les enseignes : celle des consommateurs et leur souci d’éthique, de responsabilité et de durabilité ; celle des pouvoirs publics, qui exercent une surveillance attentive en Europe. »

* Rapport du comité pour l’audit environnemental de la Chambre des communes, janvier 2018